Vous êtes dans : Accueil > Culture > Le musée des Beaux-arts et d'Histoire naturelle > Les expositions du Musée > Les animaux de l'Egypte antique

Les animaux de l'Egypte antique

Du 28 janvier au 17 septembre 2017.

« Que sont devenus les animaux présents dans l’Egypte antique » ?

C’est la réponse que cherche à apporter cette exposition à travers des panneaux explicatifs (réalisés par le Muséum de Bourges), des objets archéologiques (en grande partie découverts par Emile Amelineau à Abydos et la collection d’amulettes, de statuettes et d’oushebtis prêtés par le Musée des Beaux-Arts de Chartres), des planches de la « Description de l’Égypte, ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’Armée française », ainsi que des spécimens naturalisés présent dans les différents milieux : humide, semi-désertique et désertique.

 

Parmi les animaux illustrés, vous découvrirez :

Le faucon, le crocodile, le lion, l’éléphant, l’hippopotame, le scorpion, l’abeille, le taureau, le chacal, le scarabée, le cobra, l’ibis, le chat, la grenouille, l’abeille, l’effraie des clochers

Ainsi que les animaux spécifiques à l’Egypte : Ouette d’Egypte, Pluvian d’Egypte, Outarde Houbara, Corneille mantelée, Sirli du désert, Courvite Isabelle…

Le climat au début de l’antiquité égyptienne était assez différent du climat actuel, il était plus chaud et plus humide. De ce fait, certaines espèces présentes dans l’antiquité sont maintenant absentes d’Egypte et d’autres, au contraire, ont conquis de nouveaux territoires.

Des animaux à la fois bénéfiques et maléfiques... l’exemple de l’hippopotame.

Cet animal, présent durant l’Antiquité au bord du Nil, peut être agressif et dangereux. Il était chassé, consommé comme un met de choix et l’ivoire de ses dents était utilisé pour fabriquer divers objets (des pointes de flèche par exemple). Il s’attaquait aux cultures et était associé au dieu Seth, dieu des forces du désordre et du chaos. A l’inverse, la déesse Thouéris, représentée avec une tête d’hippopotame et un ventre arrondi, était la protectrice de la fécondité féminine et de la maternité. Elle était aussi une déesse féroce capable de défendre les humains en écartant et anéantissant toutes les forces et les génies du mal et tous les êtres dangereux et nuisibles. L’hippopotame a aujourd’hui disparu du Nil.

Cette ambivalence s’observe également chez le crocodile, le vautour,…

Partager cette page :